suite sur Léopold Sédar Senghor

Ce français qu'il jugeait noble, musical et clair, ne pouvait pour Senghor que réunir les peuples autour de la même langue.

Cette langue, il la veut patrie et unificatrice.

Enfant, je la"mangeais, délicieusement,comme une confiture".

Senghor va puiser dans cette langue sa vision politique et poétique du monde.

C'st l'apport du peuple noir à la culture occidentale, thème de l'Universalité si cher à Senghor pour aller au devant du dialogue des cultures.

" Une civilisation qui, faite des valeurs complémentaires de tous les continents et de tous les peuples, parachève l'aventure humaine en une seule et fraternelle commmunauté d'espérance et destins".

En 1938, Senghor est nommé professeur au lycée Marcelin Berthelot de Saint Maur des Fossés et s'installe près du bois de Vincennes.

Chants d'ombre, recueil de poèmes écrit à cette époque où il fait un retour aux sources de sa mémoire.

Publication  en 1939 d'un ouvrage collectif sur l'homme de couleur : Ce que l'Homme noir apporte . Là encore Senghor démontre avec force que les Noirs ont une civilisation et un patrimoine à léguer.

La France se prépare à la guerre.

Senghor est soldat deuxième classe dans une caserne parisienne. En février 1940, affectation dans un régiment d'infanterie coloniale. Il est fait prisonnier le 20 juin à la Charité sur Loire. Il est transféré au camp d'Amien en septembre.

Inspiré par l'appel du général  de Gaulle, il compose Au Guelowar et d'autres poèmes qui seront repris dans Hosties noires en 1948.

Léopold Sédar Senghor est libéré en 1942 pour raison de santé après avoir changé plusieurs fois de camp de détention. Il reprend sa classe à Saint Maur.

La conférence de Brazzaville organisée à l'initiative du général de Gaulle en 1944 fait naître un énorme espoir d'un changement dans les relations francoafricaines.

Plusieurs poèmes sur cette époque témoignent de son indignation devant le fait colonial. On lui confie la chaire linguistique à l'Ecole Nationale de la France d'Outre-mer.

Une bourse du CNRS lui permet en 1945 de se rendre au Sénégal pour enquêter sur la poésie Sérère. C'est l'époque où il est élu pour représenter le petit peuple des campagnes dans son pays.. Senghor découvre avec tristesse les méandres de la politique française. après le départ du général de Gaulle en 1946.

1948 annonce la mort de sa mère Gnilane.  Une page se tourne.  Senghor démissionne de la SFIO mais pour créer un autre parti le BDS (Bloc Sémocratique Sénégalais)  et un journal La Condition Humaine.

Publication de Hosties Noires.  C'est le deuxième recueil poétique de Senghor. C'es une longue prière  adressée aux tirailleurs sénégalais morts pour la France  :

" On fleurit des tombes, on réchauffe le Soldat inconnu..."

"Vous mes frères obscurs, personne ne vous nomme"...

"Mais je n'éfface pas les traces de mes pères ni des pères de mes pères dans ma tête ouverte à vents et pilards du Nord".

Publication d'une Anthologie de la nouvelle poésie nègre et malgache de langue française (PUF) précédée d'une préface de Jean-Paul Sartre, Orphée noir, qui fait ressortir l'idée de Négritude.

1949 et 1950 c'est le long parcourt à travers le Sénégal pour présenter son mouvement. Nombreuses publications de réflexions et de poèmes. Succès politiques.

En 1954, il publie un manuel scolaire, La Belle histoire de Leuk-le-Lièvre, une étude sur Victor Hugo et divers articles sur la civilisation africaine.

Sous Edgar Faure, il devient secrétaire d'etat en 1955 à la présidence du Conseil.

Le 19 septembre 1956, se tient le premier Congrès des artistes écrivains noirs.

Publication d'Ethiopiques :   poèmes conçus pour être chantés.

" Comme les lamantins vont boire à la source" Retour à la source, à ses racines, à l'africanité.

Léopold Sédar Senghor devient en 1960, le premier Président du Sénégal  libre et le restera jusqu'en 1980 où il abandonnera volontairement le pouvoir. Il tient au titre de Poète-Président car c'est par  le biais de l'écriture qu'il rentrera en politique.

Il est reçu officiellement par la France en 1961 et résidera au château de Champs sur Marne  .

Docteur honoris causa de trente sept  universités, il est également membre de l'Institut de France.

Il est élu à l'Académie Française le 2 juin 1983 Senghor est le premier Africain  élu à l'Académie, comme il fut aussi le premier agrégé d'Afrique Noire.

Léopold Sédar Senghor décédé le 20 démbre 2001 dans sa résidence privée à Vernon dans l'Eure.

Ses obsèques auront lieu à Dakar le 29 décembre.  Pour la France, notons la présence  de Raymond Formi, président de l'Assemblée Nationale, de Charles Josselin, secrétaire d'état auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé de la Francophonie

Jacques Chirac, président de la République Française à l'époque  et Lionel Jospin, premier Ministre,  étaient absents pour les obsèques de Léopold Sédar Senghor.

Pour écrire cet article

l' actualité littéraire  Livre/ échange N° 33 février 2006

L'héritage de Senghor est à redécouvrir -

interview du romancier poète Nimrod par N. Colléville

académie- française.fr

perso.orange.fr/ambassenparis/docsedar

au-senegal.com/decouvrir/senghor